VI Phénologie et Epidémiologie

Icône de l'outil pédagogique Activité

Résumé de l'article:Épidémiologie de l'asthme des nourrissons et des enfants, à l'île de la Réunion -Epidemiology of asthma in infants and children in the Reunion

  • P. Carli*,
  • C. Ponvert**, Corresponding author contact information,
  • P. Scheinmann**,
  • J. Paupe**
  • * 133, rue du Général Ailleret, 97430 TAMPON DE LA RÉUNION, France
  • ** Service de Pneumoallergologie infantile, Hôpital Necker — Enfants Malades, 149, rue de Sèvres, 75015 PARIS, France

Dans cette étude, qui a porté sur plus de 25 000 dossiers hospitaliers de nourrissons et enfants réunionnais, les auteurs se sont proposés de déterminer la prévalence de l'asthme en l'île de la Réunion, et d'identifier les facteurs susceptibles d'être en cause en fonction de l'âge (nourrissons vs. enfants), du lieu d'habitation, de la climatologie, et de la pollinisation des diverses espèces végétales de l'île. Les résultats de cette étude font apparaître que la prévalence des asthmes sévères, puisqu'ayant motivé une ou plusieurs hospitalisations, est de l'ordre de 5,5 p. cent ; il n'a pas été possible de déterminer la prévalence des asthmes bénins et modérés, non hospitalisés. Chez l'enfant, une importante recrudescence des crises est observée pendant les périodes qui s'étendent d'avril à juin (fin de la saison humide et chaude et début de la saison fraîche et sèche, correspondant à l'arrivée des vents alizés et à la pollinisation de la canne à sucre), et d'octobre à novembre (début de la saison humide et chaude, correspondant à la pollinisation des arbres exotiques et des graminées sauvages). Chez le nourrisson, les crises prédominent pendant les mois de décembre et janvier, au cœur de la saison humide et chaude, et pendant les mois de mars et avril, à la fin de cette même saison ; il est probable que les manifestations observées en décembre et janvier sont surtout liées à des infections virales respiratoires, à VRS notamment, importées de l'hiver boréal métropolitain. Enfin, il n'existe pas de différences significatives entre les régions Nord et Sud de l'île, tant en ce qui concerne la prévalence générale de l'asthme, qu'en ce qui concerne les variations en fonction de l'âge, de la climatologie et de la pollinisation ; cela s'explique probablement par la faible superficie de l'île, qui est en toutes régions soumise aux mêmes influences climatologiques et polliniques. Ces résultats ne permettent pas de déterminer le rôle des acariens et des moisissures dans l'asthme des enfants et nourrissons réunionnais ; par contre, ils permettent de suggérer que, mises à part les infections virales (bronchiolites de décembre et janvier, chez le nourrisson), les pollens des cannes à sucre, des arbres exotiques et des graminées jouent un rôle important. Une confirmation de cette hypothèse pourra être apportée lorsque des bilans allergologiques seront effectués avec l'extrait de pollen de canne à sucre, récemment commercialisé, et lorsque des extraits allergéniques suffisamment purifiés et standardisés seront disponibles pour les pollens des arbres exotiques.